1. Skip to Menu
  2. Skip to Content
  3. Skip to Footer

Nos coordonnées

Adresse Refuge & Siège social
L.N.P.F. refuge
Chaussée de Mons 26
1430 Rebecq

L'accès au refuge n'est accessible qu'à nos membres !

Tél.: 067 33 67 67
Email : protection.furet@skynet.be

N° Agrément : HK30223564

Compte ING
IBAN : BE87 3101 6625 8894
BIC : BBRUBEBB

Site LNPF Archive
De 2007 à juillet 2011
 http://www.lnpf.be

Joanna, premier pas vers une autre vie (février 2011)

Trajet :
Après un ensorcellement en douceur de mes nouveaux maîtres, je m’en allais gaiement dans ma boîte à furet douillettement installée grâce à un de ces merveilleux hamac doublé de fourrure, que je surnommais vite ma « caratcha ». Après un voyage en métro, en tant que star, j’arrivai alors à la gare centrale puis celle du midi. Je m’aperçus que ma nouvelle maîtresse était très attentive, je partageais avec elle de furtifs et mystérieux regards. Elle avait l’air plutôt charmée.
L’heure du train arrivée, je pris pour la première fois le train pour une ville qui m’était encore inconnue, Tournai. Pas mal comme nom pour le lieu de ma seconde vie. La roue de la chance avait en effet tourné pour moi ! Le trajet en train était plutôt long, il fallait compter sept arrêts ! Une éternité. A chaque arrêt je me dressais et interrogeait ce nouveau visage rivée sur ma « caratcha ». Mais d’un air désolé, le visage me faisait comprendre qu’il fallait encore patienter.
Ce qui était particulièrement dérangeant durant ce trajet en train, c’était l’alarme des portes lorsqu’elles se referment, pire que le métro. Un son très strident, qui rappelle trop qu’il faut encore se retenir. Et oui, pas de toilette pour furet dans tout cela. Pas toujours pratique la « caratcha ». Enfin, je m’en excusai auprès de cette nouvelle maîtresse, et elle d’un regard s’excusa elle-même de ne pas pouvoir accélérer ce train en marche vers la nouvelle demeure. Quelle aventure…
Mais après la septième sonnette du train, ce n’était pas fini. Il fallait encore affronter le froid pour retrouver la voiture de mes maîtres. Et puis quelque coups d’accélérateurs diésel plus loin, enfin, ouf…ou plutôt Youpie… la maison.

Mon territoire :
J’entendais de grandes respirations de soulagement. Alex, ma maîtresse se dépêchait comme un furet pour remplir les immenses gamelles de mon nouveau logis. Eau Contrex, croquette Marshal et puis litière recyclée à base de papier que je reconnaissais. Lorsqu’Alex m’invita à découvrir ce logis. Je fus écrasée par une immense vague de délire. On se serait cru dans un parc d’attraction. Je n’en croyais pas mes yeux. J’avais un sourire jusqu’aux oreilles, ce qui enchantait ma maîtresse. Elle avait aussi l’air super joyeux et intriguée. Après m’être sustentée, et surtout soulée à la Contrex, je montais à l’étage par l’escalier assez raide, et c’est là que je vis qu’il y a avais un tunnel gigantesque qui conduisait au deuxième. J’étais tellement excitée, que je n’arrêtais pas de monter et descendre. Tunnel, escalier, escalier, tunnel et puis oups un saut spectaculaire sur le hamac que ma maîtresse avait vite fait d’installer. L’émotion était à son comble. Tout le monde était heureux et moi j’étais au ciel. Mais soudain, je fus pris de vertige et je sentis alors que ce trajet m’avait beaucoup fatiguée. C’était le moment de faire un petit somme. Je montai et me glissa dans un sommeil tellement profond, que je ronflais. Enfin, c’est ce que m’a dit Alex plus tard.